Accueil » Projets » PROJET MRDF (SOKODE)
En bref :
Bénéficiaires :PVVIH et OEV suivis à Sokodé et ses environs
Localités cibles :Sokodé et ses environs
Montant :35 564 546
Fiancement :MRDF

Contexte général du projet

Le Togo présente une épidémie de type généralisé avec une prévalence estimée à 2,5 % dans la population générale en 2013-2014. Cette prévalence du VIH est deux fois plus élevée chez la femme (3.1%) que chez l’homme (1.7%)[1]. La tranche d’âge des 15-49 ans considérée comme sexuellement active, est la plus touchée par l’épidémie.

En dépit des progrès sensibles qui sont obtenus grâce à la synergie des actions animées par les secteurs associatif, confessionnel et communautaire d’une part, et le secteur public d’autre part, plusieurs problèmes subsistent.

En effet, une évaluation à mi-parcours du PSN réalisée en juin 2014 a montré qu’aucun indicateur n’a atteint le niveau prévu par le cadre de performance du plan stratégique national et des plans opérationnels. Seul l’indicateur portant sur Nombre de PVVIH (adultes, adolescents et enfants) sous traitement ARV a atteint un taux de réalisation de 48,6%. D’autres difficultés relatives à la prise en charge globale des PVVIH ont été soulignées. Notamment:

  • Insuffisance dans le suivi des patients: cette insuffisance s’est manifestée de plusieurs façons dont le nombre faible de personnes suivies à mi-parcours, le mode de suivis comme le déploiement tardif et insuffisant des médiateurs sur le terrain pour aider à la recherche des perdus de vue et animer les activités psychosociales ;
  • Faible qualité du suivi des patients: A ce jour la réalisation de la charge virale n’est pas systématique à cause du faible plateau technique dans les hôpitaux des régions et des districts. A cela il faut ajouter les cas de rupture en réactif pour le dosage des CD4. Quand on sait que c’est un examen indispensable pour la prise de décision thérapeutique on comprend alors les efforts qu’il faudra fournir dans les deux années à venir ;
  • Faible motivation des prestataires ;
  • Programme d’éducation thérapeutique non effectif dans toutes les structures de prise en charge
  • Soutien nutritionnel insuffisant : Une évaluation de la situation alimentaire des PVVIH sous traitement et de leurs ménages réalisée par le PNLS avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et des fonds catalytiques de l’Unified Budget Results Accountability Framework (UBRAF) a montré qu’environ 31,7% sous ARV sont touchés par une insécurité alimentaire modérée. La forme sévère de l’insécurité alimentaire concerne 5,6%.

Il reste aussi d’importants progrès à réaliser en matière de la qualité de la prise en charge notamment en ce qui concerne la gestion de l’efficacité des traitements en augmentant l’accès à la charge virale, le dépistage des co-infections par les hépatites B et C puis la tuberculose. La prise en charge des infections opportunistes et l’accès au suivi biologique nécessitent également un renforcement des capacités des agents et du plateau technique.

L’amélioration de la qualité de la prise en charge permettra d’augmenter le taux de survie des malades et lutter efficacement contre les échecs thérapeutiques.

C’est ce à quoi veut contribuer l’ONG Espoir Vie-Togo, dont les actions s’inscrivent dans le Plan Stratégique National, à travers le présent projet qui ambitionne d’intensifier les services de prise en charge globale des PVVIH.

Objectif global

Contribuer à l’amélioration de la qualité de vie d’au moins 2900 PVVIH suivies au sein de l’ONG Espoir Vie-Togo à Lomé.

Principales activités

  • Organiser 16 séances de consultations psychologiques pour en moyenne 08 bénéficiaires par mois,
  • Organiser 60 séances de counseling par mois pour en moyenne 40 bénéficiaires,
  • Organiser chaque mois une rencontre de groupes de thérapie ou de groupe de paroles pour en moyenne 60 bénéficiaires,
  • Organiser chaque mois 1 séance de club d’observance sur le site d’EVT pour en moyenne 35 bénéficiaires,
  • Organiser chaque mois 8 séances d’éducation thérapeutique de groupes pour 96 bénéficiaires en moyenne,
  • Organiser chaque mois 16 séances d’éducation thérapeutique individuelle pour 10 bénéficiaires
  • : Assurer 120 visites à domicile pour 50 bénéficiaires par mois,
  • Organiser chaque mois un club d’observance pour en moyenne 25 bénéficiaires sur le site de Kolowaré,
  • Assurer 4 consultations psychologiques par mois au centre de Kolowaré,
  • Organiser des consultations médicales tous les jours ouvrables pour au moins 250 bénéficiaires par mois,
  • Subventionner les examens médicaux pour au moins 6 patients démunis par mois,
  • Dispenser les médicaments contre les infections opportunistes à au moins 150 bénéficiaires démunis par mois,
  • Organiser tous les jours un repas journalier pour au moins 7 patients sous perfusion ou présents au centre de Sokodé,
  • Distribuer 15 kits de vivres tous les mois à 15 patients indigents,
  • Produire et distribuer 60 sachets d’1 kg de farine enrichie tous les mois pour 60 patients indigents,
  • Organiser au moins 12 séances de sensibilisation sur l’importance de la réintégration des PVVIH par mois pour 60 membres des familles,
  • Organisation d’une émission radiophonique par trimestre,
  • Appui social d’urgence à au moins 10 patients par mois (appui financier pour déplacement, loyer, nourriture, frais de scolarité et autres besoins sociaux).
  • Formation de 50 PVVIH à la gestion d’une AGR par an
  • Octroi des microcrédits à 50 PVVIH.

Principaux résultats obtenus du

01/05/2014  au 30/04/2015

  • Activité menée 1.1: Durant la période de ce rapport (mai 2014 à avril 2015), nous avons réalisé 55 (sur 192 prévus) consultations psychologiques pour 36 (sur 96 prévus) bénéficiaires.
  • Activité menée 1.2: La période dudit rapport a permis de réaliser 680 séances (sur 720 prévues) de counseling pour 359 patients.
  • Activité menée 3: De mai 2014 à avril 2015, nous avons organisé 12 rencontres sur 12 prévues de groupe de thérapie. Ces séances ont vu la participation de 297 patients.
  • Activité menée 4: 12 clubs d’observance sur 12 prévus durant la période dudit rapport ont été organisés. Ces clubs ont vu la participation de 302 participants.
  • Activité menée 5 : 46 séances d’éducation thérapeutique de groupe sur 96 prévues ont été organisées au profit de 240 patients.
  • Activité menée 6: Nous avons organisé 266 séances d’éducation thérapeutique individuelle au profit de 240 patients.
  • Activité menée 7: 680 visites à domicile ont été réalisées pour 300 patients.
  • Activité menée 8 : 12 clubs d’observance sur 12 prévus durant la période du présent rapport ont été organisés. Ces clubs ont vu la participation de 152 patients.
  • Activité menée 9: 46 séances de consultations sur 48 prévues au Centre de Santé de Kolowaré ont été réalisées.  Nous avons consulté 181 patients (160 femmes et 21 hommes).
  • Activité menée 1: Durant la période allant de mai 2014 à avril 2015, 243 personnes (anciens cas) et  28 nouvelles personnes, soit  259 personnes ont bénéficié de 1447 consultations médicales, soit pour le renouvellement de leur traitement ARV, soit pour la prise en charge des infections opportunistes, ou encore pour être enregistrées dans la file active de la structure (514 en fin février 2015). Ainsi, 45 cas d’infections opportunistes ont été enregistrés et traités durant cette période.
  • Activité menée 2: Pour la mise sous traitement ou pour le suivi réglementaire des PVVIH, des analyses sont demandées aux patients. Nous avons donc subventionné 107 patients démunis sur 72 prévus. Le nombre plus élevés des bénéficiaires des subventions d’analyses s’explique par le fait que dans notre partenariat avec Kolowaré, nous faisons le bilan thérapeutique moins cher que dans les autres laboratoires.
  • Activité menée 3: Nous avons dispensé à 225 patients les produits contre les infections opportunistes ou pour des états de maladie.
  • Activité menée 4: Au cours de la période du présent rapport, nous avons organisé 199 séances de repas journaliers et servi 330 patients et accompagnants.
  • Activité menée 4: Au cours de la période du présent rapport, nous avons organisé 199 séances de repas journaliers et servi 330 patients et accompagnants.
  • Activité menée 4: Au cours de la période du présent rapport, nous avons organisé 199 séances de repas journaliers et servi 330 patients et accompagnants.
  • Activité menée 5: 180 kits de vivres sur 180 prévus ont été distribués à 170 patients indigents sur 180 prévus. Cette différence s’explique par le fait que,
  • Activité menée 6: Nous avons durant la période de ce rapport produit 720 sachets de farine enrichie sur 720 prévus et servi à 265 patients,
  • Activité menée 1.: 93 séances sur 144 séances de sensibilisation ont été réalisées sur l’importance de la réintégration des PVVIH à l’endroit de 350 membres,
  • Activité menée 2: Pour le compte de ce rapport, nous avons réalisé 04 émissions radiophoniques interactives comptant pour les quatre trimestres sur les thèmes: Généralités sur le VIH/Sida, Réintégration familiale des PVVIH, Réintégration des OEV et Santé de reproduction. Ces émissions ont été réalisées sur la radio régionale la plus écoutée (Radio Tchaoudjo). La population de la région est estimée à 577 629,
  • Activité menée 4 : 110 patients sur 120 prévus ont été appuyés financièrement soit pour honorer les loyers, soit pour assurer le déplacement au centre ou pour payer les articles scolaires aux orphelins enfants vulnérables.
  • Activité menée 4.1.: 50 PVVIH ont été formées à la gestion d’une AGR qu’elles soient bénéficiaires du crédit à EVT ou dans une institution de micro finance de la région.

Activité menée 4.2 : 24 PVVIH ont bénéficié de prêts pour développer une AGR. Parmi les 50 Formés, la plupart a désisté après avoir su que ce n’était pas gratuit et qu’il fallait rembourser.

[1] EDST-III, 2013-2014