Accueil » Projets » EVT FRANCE (OEV)
En bref :

Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des OEV des plus démunis à Lomé et à Aného.

Bénéficiaires :Enfants exposés et infectés par le VIH
Localités cibles :Lomé-Aného-Sokodé
Montant :18 366 796
Fiancement :Espoir Vie Togo France

Contexte général du projet

La pandémie du SIDA constitue aujourd’hui l’un des fléaux les plus dévastateurs du monde en raison de son ampleur et du nombre de décès enregistré chaque année. En 2014, 36,9 millions de personnes vivaient avec le VIH. Le nombre des personnes vivant avec le VIH continue d’augmenter, en grande partie du fait que davantage de personnes dans le monde ont accès à la thérapie antirétrovirale et vivent ainsi plus longtemps, et en meilleure santé (http://www.unaids.org/fr).

En juin 2015, 15,8 millions de personnes avaient accès au traitement. Parallèlement, bien que les nouvelles infections à VIH aient diminué, un nombre inacceptablement élevé de nouvelles infections à VIH et de décès liés au sida surviennent encore chaque année. En 2014, environ 2 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 1,2 million de personnes sont décédées de maladies liées au sida. En dépit de la mobilisation générale, le nombre de nouvelles infections ne cesse de croître. En 2006, 4,3 millions de nouveaux cas ont été enregistrés selon les estimations de L’ONUSIDA.

Le continent africain, en particulier l’Afrique subsaharienne représente la zone la plus touchée avec plus de 2/3 des personnes infectées dans le monde. Ce fléau vient exacerber la situation déjà dramatique sur ce continent miné par les guerres, la pauvreté, la famine, etc. qui déciment la population principalement la couche la plus active que représente la jeunesse.

Le Togo fait partie des pays les plus touchés par l’infection à VIH. (Taux de prévalence de plus de 4%). Les réponses apportées à la fois par les institutions publiques et les ONG sur le plan de la prévention et du traitement contre cette pandémie restent limitées. Ceci, du fait des difficultés que traverse le pays sur le plan économique depuis plus d’une décennie, en raison de la suspension de la coopération avec la plupart de ses  partenaires du nord. Or, les besoins en terme de soutiens médical, social, psychologique, nutritionnel, financier, etc. ne cessent de croître à cause des nouvelles infections qui sont enregistrées.

Le problème se pose avec acuité lorsqu’il s’agit des enfants, principalement des enfants infectés. En effet, la situation d’indigence des parents ou tuteurs ne favorise pas un bon épanouissement des enfants sur le pan  nutritionnel et médical, ce qui a des répercussions sur l’aspect psychosocial également. Ces enfants faute de moyens s’offrent difficilement deux repas par jour et lorsqu’ils sont malades, les parents font une automédication car ils ne disposent pas d’argent pour se rendre dans les centres de soins. De même, la situation financière difficile des parents pousse les enfants à l’abandon scolaire. Ne pouvant non plus s’offrir une formation professionnelle, ils se livrent à la délinquance ou à la prostitution; s’exposant ce faisant à l’infection par le VIH. Par ailleurs, ceux-ci représentent également les victimes potentielles du trafic des enfants.

Les efforts associatifs permettent d’enregistrer des progrès significatifs en matière de soutien aux Orphelins et Enfants rendus Vulnérables (OEV) en raison du VIH. Mais les besoins existent toujours. L’association Espoir-Vie Togo qui intervient dans la prise en charge globale des Personnes Vivant avec le VIH a enregistré plus de 1400 OEV mais seulement 116 bénéficient d’une Prise En Charge (PEC).

Objectif global

Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des OEV des plus démunis à Lomé et à Aného.

Principales activités

  • Contribuer à l’amélioration de l’état nutritionnel d’au moins 20 OEV,
  • Distribution de Kits alimentaires,
  • Alimentation d’appoint au bénéfice d’au moins 20 OEV malnutris,
  • Favoriser l’accès aux soins à au moins  10 enfants vivant avec le VIH,
  • Faire le suivi médical des enfants infectés,
  • Dispenser les médicaments essentiels génériques au niveau de la pharmacie communautaire,
  • Faire le suivi biologique des enfants suivi à Espoir Vie-Togo,
  • Promouvoir l’accès à la formation professionnelle des OEV déscolarisés,
  • Apporter un appui à la formation scolaire et/ou professionnelle de cinq OEV

 

Principaux résultats obtenus en semestre 1 de 2015

  • Le parrainage individuel

Les enfants parrainés individuellement pour la période de janvier à juin 2015 étaient au nombre de 113 dont 65 filles et 48 garçons.

Ils sont des élèves (100), des étudiants (5) et des apprentis (8).

Permettre à ces enfants de poursuivre et finir leur scolarité ou leur apprentissage dans des conditions acceptables est le principe de ce parrainage. Les apprentis sont en couture, en broderie, en coiffure, en tresse…

Ils sont tous parrainés par des bonnes volontés de nationalité française. Ce qui interpelle Espoir Vie-Togo par rapport à sa communication nationale sur la problématique des OEV. Plusieurs actions ont donc été initiées pour la promotion du parrainage sur le plan national.

 

 

  • Le parrainage national

L’adhésion des togolais à une solidarité active avec les orphelins et enfants vulnérables pour cause de VIH ne pourrait être que le fruit d’une action de sensibilisation et de plaidoyer de longue haleine. EVT, pour ce faire, a choisi cette année d’organiser une série d’événements à travers lesquels elle porte l’information aux potentiels parrains/marraines. Le premier fut l’organisation le 7 mars du « Cocktail Informatif », une soirée de rencontre entre EVT et des invités triés au volet qui connût la participation de plus de cent (100) personnes. Ce fut l’occasion pour l’ONG de se faire connaître, de présenter la situation des OEV et de solliciter l’appui des participants à travers les différentes options de parrainage qu’EVT propose en vue de soutenir les OEV.

  • Le suivi des enfants parrainés

Au regard des objectifs visés par le parrainage et de la responsabilité d’Espoir Vie-Togo vis-à-vis des parrains et marraines, il est effectué tout un chapelet d’activités de suivi aussi bien dans le centre associatif que sur le terrain dont les plus importantes sont les enquêtes sociales, la gestion des retraits d’argent sur les comptes des enfants et les visites de terrain.

Les enquêtes sociales : Les deux (2) nouveaux enfants parrainés pour le compte du 2ème semestre 2015 l’ont été à partir d’une liste de Dix huit (18) familles enquêtées. Ce qui fait passer le nombre d’enfants sur le parrainage individuel de 113 au 1er semestre à 115 pour le compte du 2ème semestre.

Impact : Ces enquêtes ont permis de prioriser les parrainages par degré de précarité des enfants. Elles ont aussi permis aux chargés de suivi de se rendre compte d’une réalité, celle qu’il y a dans notre file active beaucoup de familles ou d’enfants-tuteurs qui, pour des raisons données, n’osent pas demander de l’aide en dépit du fait que cela aurait pu servir à améliorer nettement leur vécu quotidien.

La gestion des retraits d’argent: Le parrainage d’un enfant abouti impérativement à l’ouverture d’un compte épargne en son nom, un compte sur lequel sont virés semestriellement les fonds de son parrainage. Les retraits par les parents/tuteurs sur ces comptes ne se font qu’après un entretien avec l’équipe du suivi des OEV par rapport à la pertinence du besoin à satisfaire. 570 entretiens pré-retrait ont été réalisés sur ce premier semestre pour un montant total de Cinq million quatre cent trois mille (5.403.000) Francs.